Chess Records
Black to the Music - Chess
Histoire
Black to the Music - logo Chess Records 01

Les frères Phil et Leonard Chess, deux polonais, débarquent aux USA en 1928, alors qu’ils étaient tout gamins. Après une escale à New York, ils ont rejoint leur père installé à Chicago dans le quartier juif, en bordure du South Side.

Black to the Music - Chess Records - Leonar & Phil Chess
Phil & Leonard Chess

Les frères Chess ont d’abord ouvert plusieurs bars puis un club dès 1938, le Macomba Lounge. De nombreux artistes blues venaient y jouer, ceux-là même qui avaient émigré à Chicago depuis le delta du Mississippi dans les années 30 et 40. 

En 1947, ils ont conclu un partenariat avec Charles et Evelyn Aron du label Aristocrat Records, un label dans l’univers du blues, du jazz et du rhythm & blues. 

À la fin de 1949, Leonard et Phil Chess achètent les intérêts des frères Arons et deviennent les seuls propriétaires d’Aristocrat Records. Le 3 Juin 1950, ils réorganisent la société et change son nom pour Chess Records.

Le premier succès du label fut “I Can’t Be Satisfied” par Muddy Waters en 1951.

Ce succès attire d’autres jeunes bluesmen du Mississippi qui s’établissent à Chicago et beaucoup intègrent le groupe de Muddy Waters.

L’un des musiciens les plus brillants jouant avec Muddy est Little Walter Jacobs.

En 1952, Chess crée une filiale appelée Checker, et Little Walter y enregistre sa propre musique.

Son premier titre est un instrumental appelé “Juke” qui prend la tête des charts Rhythm and Blues. Il réussi de nouveau à être n°1 en 1955 avec “My Babe”.

Sam Phillips, un jeune producteur de disques à Memphis, enregistre un ouvrier agricole nommé Chester Burnette, qui prend le nom de Howlin’ Wolf. Au moment où il inscrit Howlin’ Wolf, Sam Phillips, qui plus tard créera Sun Records, n’a pas de maison de disques, il demande donc aux frères Chess de s’en occuper.

“How Many More Years” et “Moanin’ in the Moonlight” furent des succès en 1951 et lorsque Howlin’ Wolf débarque à Chicago, il signe en toute logique pour Chess Records.

En 1956, Chess est en mesure de retrouver l’intensité de ses précédents enregistrements avec le hit “Smokestack Lightnin”.

Howlin’ Wolf a enregistré de nombreuses années sur Chess Records et fut l’un des bluesmen les plus influents de l’histoire, il ira même jusqu’à influencer beaucoup de jeunes joueurs de blues américains et britanniques qui le succèdent dans les années 60 et 70.

En plus de Muddy Waters, Howlin’ Wolf et Little Walter, les frères Chess enregistrent de nombreux autres géants du blues américain d’après-guerre tels que Sonny Boy Williamson, Lowell Fulson, Memphis Slim, Jimmy Rogers, John Lee Hooker ou bien Willie Mabon. Ils enregistrent même la prochaine génération d’artistes de blues de Chicago comme Buddy Guy, Little Milton, Koko Taylor sans oublier Etta James, Chuck Berry et Albert King.

Un autre grand personnage de l’histoire de Chess Records est Willie Dixon, qui eu un rôle très important au niveau artistique dans la firme.
C’est lui qui dirigeait de nombreuses séances d’enregistrement.

En janvier 1969, Leonard Chess vend son label à GRT Corporation pour environ 10 millions de dollars. Il meurt en octobre 1969 à l’âge de 52 ans, victime d’une crise cardiaque au volant de sa voiture. Phil et son fils Marshall ont quitté GRT peu de temps après en 1971.

Le label Chess a joué un rôle considérable pour le blues de Chicago, à une époque où le blues connaissait un virage important: l’électrification. Il en reste un catalogue d’une qualité exceptionnelle. 

Plus opportunistes que véritables fans de blues, les frères Chess ont toujours eu mauvaise réputation, étant généralement accusés d’exploiter les musiciens et de s’enrichir sur leur dos ce qui n’enlève rien à la qualité des artistes.

sources :
– history-of-rock.com
– wikipedia
Photos
Quelques logos du label Chess Records
Bonus
THE CHESS STORY (1947-1975)

Une collection de 14 volumes, réunissant les plus grands titres
sortis sur CHESS Records entre 1947 et 1975

(téléchargement gratuit en cliquant sur les différents volumes)